Rendement et efficacité énergétique

Sommaire

Économisons de l'énergie pour préserver notre environnement

D'ici 2050, la demande d'énergie va doubler dans le monde entier, il va falloir satisfaire la demande tout en préservant notre environnement, mais comment ?

Lire l'article

Qu'est-ce que le rendement énergétique ?

Le rendement énergétique est le rapport entre la valeur énergétique produite et la valeur énergétique consommée dans un processus.

En toute logique, un rendement énergétique est nécessairement compris entre 0 et 1 (ou entre 0 % et 100 %). Un rendement de 100 % serait le fait d'un système idéal : il n'existe jamais.

Par exemple :

  • Un moteur de voiture a un rendement énergétique compris entre 25 et 30 %.
  • La production de carburant à partir du pétrole a elle-même un rendement énergétique d'un peu plus de 80 %.
  • De même, la production d'électricité par EDF a un rendement énergétique de 39 %, à cause des déperditions de production et de transport (c'est-à-dire qu'il faut produire 100 kWh/an pour assurer une consommation de 39 kWh/an pour les particuliers).
  • Une ampoule à incandescence a une rendement énergétique en éclairage de 5 % (le reste de l'énergie part en chaleur). Le rendement en éclairage d'une ampoule fluocompacte est de 25 %, et les Leds de plus de 30 %.

Dans certains cas, les fabricants d'appareils de chauffage annoncent un rendement énergétique supérieur à 1, par exemple un COP de 3 pour les pompes à chaleur. En réalité, le « vrai » rendement de la pompe à chaleur est inférieur à 1, quand il prend en compte l'énergie calorifique prise dans l'air ou dans l'eau. Mais le rendement calculé est établi uniquement sur la consommation d'électricité : d'où un score supérieur à 100 %.

Lire l'article

Qu'est-ce que l'efficacité énergétique ?

L'efficacité énergétique représente le rendement énergétique complet d'un système : elle va donc dépendre de l'objectif du système. Elle découle du rendement, mais en fonction de ce à quoi l'énergie doit servir.

Par exemple, l'efficacité énergétique d'une maison concernera le chauffage et prendra en compte le rendement énergétique des appareils de chauffage, mais aussi l'isolation, la ventilation, etc.

L'efficacité énergétique des appareils électroménagers est indiquée par leur classe énergétique. En ce qui concerne l'habitat, pour connaître l'efficacité énergétique de celui-ci, le DPE (Diagnostic Performance Énergétique) a donc été créé.

  • Il oblige à évaluer la consommation énergétique des logements.
  • C'est en quelque sorte une sorte de graphe de classe énergétique semblable à ce que nous voyons sur les appareils électroménagers et les voitures.

Bon à savoir : depuis le 1er juillet 2021, le DPE est opposable aux tiers (décret n° 2020-1609 du 17 décembre 2020). En cas d’erreur, la responsabilité contractuelle du vendeur ou du bailleur peut donc être engagée.

Depuis le 1er juillet 2021, la méthode de calcul du DPE a été unifiée pour tous les logements et s'appuie sur les caractéristiques physiques du logement (arrêté du 31 mars 2021). Par ailleurs, une nouvelle méthode de calcul est applicable depuis le 1er novembre 2021 pour les logements datant d'avant 1975 (arrêté du 8 octobre 2021). Les DPE avaient été suspendus entre le 24 septembre et le 1er novembre 2021 pour ces logements en raison de résultats anormaux sur les étiquettes énergétiques.

Par ailleurs, les annonces immobilières doivent afficher, en plus de l'étiquette énergétique, l'étiquette « climat »  du logement à vendre ou à louer (décret n° 2020-1609 du 17 décembre 2020, articles L. 126-21 et suivants du Code de la construction et de l'habitation). Depuis le 1er janvier 2022, l'estimation de la facture d'énergie théorique annuelle doit aussi être affichée.

Enfin, depuis le 1er avril 2023, les logements « passoires thermiques » classés F ou G doivent passer un audit énergétique auprès d’un professionnel qualifié (décret n° 2022-1143 du 9 août 2022). L’audit comprend un état général des caractéristiques du logement (chauffage, eau chaude, ventilation, éclairage), le DPE du bâtiment et des propositions de travaux pour obtenir une meilleure performance énergétique.

Lire l'article

Améliorer l'efficacité énergétique : les gestes simples ou bons plans

Dans un premier temps, il existe les certificats d'économie d'énergie nommés également certificats blancs ou C2E qui ont pour mission d'améliorer l'efficacité énergétique des secteurs du bâtiment résidentiel et tertiaire, des transports, de l'industrie et des réseaux.

Pour consommer moins d'énergie, préserver notre environnement et économiser de l'argent sur du long terme, il existe aussi plusieurs solutions :

Les gestes simples ou bons plans concernent l'habitat, la consommation, mais aussi le transport.

Habitation

Consommation

  • Privilégiez les circuits courts et moins d'emballages pour vous diriger vers un achat écologique.
  • Sachez que les équipements de loisir comme l'ordinateur, la console de jeux, la télévision et autres équipements audiovisuels sont de gros consommateurs, pensez à vous munir d'un logiciel d'économie d'énergie.

Transport

Pour économiser du carburant, faites appel :

  • au covoiturage ;
  • rouler plus propre grâce au véhicule électrique ou la voiture hybride ;
  • d'autres dispositifs, comme le transport écologique (transports en commun, vélo, marche) permettent également d'économiser de l'énergie.

Bon à savoir : depuis le 11 mai 2020, les salariés qui effectuent leur trajet domicile-travail en autopartage (avec des véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène) en covoiturage, à vélo, avec des engins de déplacement personnels (motorisés ou non) en location ou en libre-service (scooters et trottinettes électriques en free-floating par exemple) ou en transports en commun (hors abonnement relevant de la prise en charge par l'employeur à hauteur de 50 %) peuvent bénéficier du « forfait mobilités durables » prévu dans le cadre de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités (les modalités de mise en œuvre ont été définies par le décret n° 2020-541 du 9 mai 2020). Ce forfait, d'un montant maximal de 500 € par an et par salarié (en 2021, article 81 du Code général des impôts), est exonéré d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales. La prise en charge des frais personnels de transports par l’employeur peut prendre la forme d’un titre mobilité (articles L. 3261-5 et suivants du Code du travail) dont le fonctionnement est comparable à celui du titre-restaurant. Le forfait mobilités durables s'applique aux trois versants de la fonction publique (d'État, territoriale et hospitalière), suite aux décrets n° 2020-543 du 9 mai 2020, n° 2020-1547 du 9 décembre 2020 et n° 2020-1554 du 9 décembre 2020.

Ces pros peuvent vous aider